mercredi 7 avril 2010

Cheveux aux vents

L’ébouriffée : voilà un album étonnant, écrit par Hélène Vignal et illustré par Clémence Pollet. Ce livre a obtenu le prix du premier album du salon du livre de Montreuil il y a quelques mois. Le texte, minimaliste, a des allures d’inventaire à la Prévert. Au fil des pages, on découvre, sous forme d’énumérations insolites et inattendues, un litchi, une goutte d’océan, un ongle cassé… et bien d’autres choses encore. Chacun de ces objets hétéroclites se retrouvent dans les illustrations, composées elles aussi dans un désordre surréaliste. L’illustratrice mêle sur la double page différentes techniques graphiques : crayon papier, à plats sombres rouges ou bleus, collages de différentes textures. C’est un univers complexe, empli de rêve et de fantaisie, qui se construit au fil des pages à travers les mots et les images. Mais de quoi s’agit-il ? C’est la question que le lecteur se pose tout au long de l’album. Le seul lien entre les pages semble être les rails d’un chemin de fer qui virevolte en continu le long des pages.

(c) Éditions du Rouergue.

Mais où ce train mystérieux va-t-il nous mener ? Pour avoir la réponse, il faut tourner la dernière double page qui éclaire l’ensemble du livre et lui donne toute sa profondeur (imposant forcément une deuxième lecture). Car au bout des rails, il y a un petit garçon qui joue au train électrique. Un petit garçon rêveur, émerveillé et envoûté par la chevelure emmêlée d’une petite fille. Un petit garçon imaginant tous les trésors – fascinants et terrifiants à la fois – qui pourraient se cacher dans ces cheveux où les pensées et les idées s’enchevêtrent dans leur mystère infranchissable.
Cet album nous mène à la frontière du rêve, en équilibre au-dessus des idées et des images qui s’associent au fil de l’activité de l’inconscient. Malgré l’écriture poétique, je ne sais pas si c’est un album qui plaît aux enfants (les images ont quelque chose d’un peu dur). Mais en tout cas à moi il me plaît beaucoup ! Sans doute parce que ma chevelure ressemble à celle de la petite fille de la dernière page. Désormais, lorsque je pesterai en tirant sur ma brosse à cheveux (ah les nœuds dans les cheveux longs et frisés !), je saurai imaginer ce qui se cache dans mes cheveux emmêlés !


L’ébouriffée
Hélène Vignal
Illustré par Clémence Pollet
Éditions du Rouergue
2009

3 commentaires:

fées et gestes a dit…

Merci.
As-tu déjà pensé à une carrière de critique de livres jeunesse? (en plus d'auteur bien sûr...)

Geisha Line a dit…

Peut-on faire "carrière" comme critique ? Ah mais j'aime bien parler des livres que j'apprécie et faire partager mes coups de coeur ! C'est un plaisir pour moi... et j'espère aussi pour ceux qui me lisent !

Berthe a dit…

Ton article me donne envie de me l'acheter !